Ce que j’aurais aimé te dire – Contribution par Anne Onyme 1


Cher « ami » !

Le courant est rapidement passé dès le premier contact

Je me suis toujours estimée chanceuse d’avoir ta sympathie

J’ai toujours apprécié ton agréable compagnie,

Je t’appréciais tout cours et tu me le rendais bien.

Ta compagnie me mettait à l’aise, tu étais juste intéressant ,

Et il n’y avait pas de sujet tabou dans nos discussions, et je m’en délectais !

Et ce que j’appréciais par-dessus tout c’est le respect que l’on se vouait mutuellement

Tu étais l’ami parfait jusqu’au jour où cette belle amitié laisse place à une certaine ambiguïté et nous décidions de franchir l’étape supérieure suivante

Cette étape fut le début d’un nouveau commencement

Un commencement qui nous engage sur un virage dérapant et à haut risque.

 

Tout débute par cette fusion qui n’était que mouvement et par conséquent pas stable,

Cette fusion a fait naitre des illusions, rapidement évaporées.

On se découvre sous un autre jour avec des névroses jusque-là inaperçus

J’ai l’impression de faire une toute nouvelle rencontre !

Je commence à avoir des a priori suite à une première requête qui mit mon estime à rude épreuve

Je m’engage alors dans ce cercle vicieux de valider chacun de mes a priori guidée par ma curiosité

A ma vive réaction à cette première requête j’eus une réponse qui me dévoile un manipulateur

Je suis prête à avaler la pilule !

Crédit photo Gadini via pixabay

Après cette première interaction, j’étais juste sûre de trois choses

Je suis en train de faire une bêtise en ayant délaisser une amitié « pleine et entière » pour une histoire d’amour sans âme !

Je ne suis pas et je ne pourrais jamais être amoureuse de ce « nouvel homme » et c’est réciproque !

Mais je suis plus que motivée et engagée dans la découverte de ce « nouvel homme »

Je suis fascinée par ce personnage, même si la situation est inconfortable !

Le dialogue d’antan laisse place au monologue, je perdais ravalais souvent mes mots !

Des difficultés de communiquer car trop de questions se bousculent dans ma tête à propos de ce « nouvel homme » .

Je suis prête à avaler la pilule !

 

 

Je ne suis animée d’aucune mauvaise intention mais seulement d’une curiosité prête à être assouvie

Je me fais spectatrice d’un film dont j’étais l’une des deux acteurs principaux

Je suis une SpectActrice !

Je ne sentais aucune forme de jalousie en moi ni un sentiment de manque qui caractérise une femme amoureuse,

J’en étais soulagée,

Mais j’étais encore une fois fascinée par ce « nouvel homme »

Je n’arrivais pas à le juger alors que j’étais consciente de ses vices

Ces vices n’ont rien ébranlé en mes principes qui quelques fois, j’avoue, vacillaient.

A présent, j’arrive à cerner comprendre ce « nouvel homme », il restait toujours flou à mes yeux

La situation était claire, je préfère de loin cette amitié perdue à jamais !

Oui, j’ai compris que j’ai perdu un ami pas en découvrant ses vices mais pour avoir tenté de passer à l’étape suivante qui n’était rien que du vide

L’Amour n’est pas supérieur à l’Amitié ni l’étape suivante.

J’aurais aimé ne pas découvrir cette version altérée de mon « ami »

J’aurais aimé sauvegarder notre « précieuse amitié » !

Mais la vérité c’est que quand deux personnes cessent d’être des amis c’est parce qu’elles n’ont véritablement pas été de vrais amis !

 

Anne Onyme


Ce texte est l’oeuvre d’une contributrice que nous appellerons Anne Onyme.

Vous voulez aussi contribuer? Ecrivez-nous et partagez avec nous un morceau de votre vie.

 

 

 

 


Samantha Tracy

A propos de Samantha Tracy

"Samantha Tracy, 27 ans et pas seule dans sa tête". Communicatrice/Journaliste et Graphiste de formation, je suis également slameuse et scénariste junior à mes heures perdues. On dit de moi que je suis pétillante et déterminée. J'ai des choses à écrire et il est important que le monde puisse me lire. Nous lire.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Ce que j’aurais aimé te dire – Contribution par Anne Onyme