LUNDI MATIN : Guide de survie en jungle sociale 1


Flemme.

Un mot. 6 lettres. Et la parfaite description de mon humeur de ce matin.

Une humeur qui ressemble drôlement à celles des lundi précédents. Lundi après lundi. Semaine après semaine. Parce que – il faut se le dire – le lundi n’est absolument pas mon jour préféré.

Avant que vous ne continuiez votre lecture, sachez que cet article s’inscrit dans le cadre du mondochallenge, petit exercice où nos confrères de la mondosphère prennent un malin plaisir à faire écrire 3 des leurs sur un thème imposé. TDK, Fafa et moi-même nous prêtons donc à l’exercice. Le thème ? Lundi matin ! Bonjour la créativité !

Après avoir découvert – en classe de 6eme – que j’aurais cours de mathématiques les lundi à la première heure, ce jour s’est naturellement imposé comme le jour que je détestais le plus. Même après que notre proviseur ait allégé les choses en nous donnant 3 heures de permanence le même jour. Le mal était fait.

Avec l’âge le temps, les choses ne se sont pas améliorées. Le réveil est toujours plus dur le lundi matin. le ciel est moins bleu et mon humeur est constamment grincheuse. Vous imaginez donc que je ne suis assurément pas la personne qui a le plus envie de sociabiliser. J’ai juste envie de laisser s’égrener les heures jusqu’à la pause déjeuner car oui ! En général, après 13h ; ça va déjà mieux.

Mais comment survivre aux 12 premières heures du premier jour de la semaine ? La réponse en 5 points.

Ne me remerciez pas.

Un lundi se prépare… la veille !

Je ne sais pas pour vous mais en règle générale, ma déprime pré-lundi commence le dimanche à partir de 18h. Oui, à l’instant même où quelqu’un juge bon de me rappeler que ma vie n’est pas un week-end perpétuel.

Ohh ! Demain c’est lundi !

Rien qu’à entendre cette phrase, je sens monter en moi un sentiment de nervosité grandissant. Est-ce que vous avez vraiment besoin de me le rappeler ?

1 – Astuce de la veille : profiter et planifier

Depuis peu, je m’arrange à terminer mon dimanche soir sur une note plutôt sympa. Dimanche dernier par exemple, j’ai enchaîné mojitos, yogourts, thé, anecdotes et fou rire dans la bonne humeur avec les mondoblogueuses Alexandra et Lucrèce. Une dose de bonne humeur (et de fatigue) qui m’a conduite au lit. Assez tôt et avec le sourire.

Apéro entre blogueuses

Aussi – autant que possible – je choisis d’avance ma tenue et je règle mon réveil à une heure raisonnable. Une seule heure !

06h45… Dieu, que je déteste le lundi !

C’est exactement ce que je me dis chaque lundi (ou presque) lorsque retentit ma sonnerie de réveil.

Entre la douche, l’habillement, le make-up et le choix (important) des chaussures ; je suis généralement trop occupée pour pouvoir bouder. J’agis en automate.

Je sors de la maison en vérifiant si mon petit-frère est vivant (Oui ! Oui ! C’est toujours la question que je lui pose) et je sors en maudissant mon trousseau de clés. Toujours est-il que cette partie est la plus supportable. Je suis seule. Mon humeur n’a d’impact que sur moi.

2- Astuce des premières heures : musique… et écouteurs !

Depuis quelques mois, je commence la journée avec de la musique. En général, du gospel. Mon son du moment est une bonne dose d’énergie d’ailleurs et puisque je loue le créateur entre deux coups de brosse à dent ; impossible d’en vouloir au monde.

Lorsque je sors de chez moi, j’enfonce directement mes écouteurs pour continuer en musique avec ce titre « made in chez moi ».

En général, j’ai même un semblant de sourire en descendant les escaliers.

La grosse galère… Les taximen !

J’avais déjà parlé de ma relation très controversée avec les taximen dakarois. Ils sont à 90% la raison pour laquelle j’arriverais ronchonne au bureau ou avec un sourire poli pour rassurer tout le monde. La plupart du temps, ils préfèrent me pourrir mon début de journée. Et ils réussissent parfaitement bien.

3- Astuce d’un transport réussi : avance sur le chrono !

J’essaie, autant que possible, de sortir plus tôt de chez moi. L’idée étant de ne pas stresser sur la lenteur des taximen dakarois. Je prends donc le temps de voir défiler le paysage, sans faire une course mentale avec les aiguilles de ma montre et donc, stresser pour le chauffeur qui s’est pris pour mère Théresa et cède le passage à tout le monde.

C’est bénéfique ! Bénéfique ! J’en viendrais même à aimer et le lundi, et les taximen du lundi.

Interdit de faire la gueule : on sociabilise…

La partie la plus compliquée de mes matinées du lundi, c’est surement l’arrivée au bureau. La fameuse partie du « film » où il faut dire bonjour, faire la bise et essayer d’être gentille, de poser des questions à propos du week-end passé.

Alors, tu as fait quoi ce week-end ?

Oh la routine… Rien de bien neuf.

Je ne suis pas une grande fan de ces premiers moments d’échange. Un « bonjour » me suffit amplement.

4- Astuce pour une arrivée en toute discrétion…

Ce n’est pas que je n’aime pas les gens. C’est juste que je suis invivable le lundi matin. Je n’ai généralement pas envie de partager de longues discussions sur la vie de famille de X ou les activités de Y. J’ai déjà beaucoup de mal à accepter que le week-end soit déjà fini ; permettez que je m’abstienne de tout commentaire.

Souvent, j’opte donc pour le « passage incognito », en mode agent 007 pour filer directement dans mon bureau. J’ai effectivement besoin d’un temps d’acclimatation avant de m’y mettre.

Jamais sans mon café… Ici commence le bonheur !

Le gros de mes plaisirs du lundi matin se résume à un mot : café !

Je ne sais pas trop comment l’expliquer mais c’est à ce moment là que peu à peu s’opère la transition, entre mon humeur grise et un rayon de soleil qui se force à venir illuminer ma journée. #GodBlessCoffee

5 – Astuce d’un moment pour soi…

Vous sortez d’un week-end où d’une manière ou de l’autre, vous avez fait un focus sur vous. C’est en étant conscient du travail qui vous attend que vous stresser et que pour vous protéger, Vous érigez naturellement des barrières entre vous et les autres. Prenez donc un petit moment pour vous !

Oui, avant de vous jeter entre les dossiers trop urgents, les combats avec l’imprimante, les collègues qui veulent vous faire complexer sur leur bonheur… Prenez un moment pour vous.

Certains envoient des textos d’amour, d’autres papotent ou encore mettre une autre dose de musique. Moi, je prends mon café dans MON mug qui a le genre de message à me donner le sourire.

Auto-complimentation de mise : Je suis une bombe!

Voilà donc mon lundi matin et 5 petites astuces pour égayer votre début de journée. Parfois ça marche, parfois pas. Parfois on est bien, parfois pas. Mais on fait avec. On a pas le choix.

Dans tous les cas, plus de la moitié de la population de la terre continue à détester le lundi.

Ce lundi qui nous rappelle que nous avons des responsabilités, des objectifs à atteindre, des devoirs, des deadlines et surtout… qu’on va devoir attendre 4 autres jours avant le week-end.

Bref, je déteste le lundi matin.

 


Samantha Tracy

A propos Samantha Tracy

"Samantha Tracy, 26 ans et pas seule dans sa tête". Communicatrice/Journaliste et Graphiste de formation, je suis également slameuse et scénariste junior à mes heures perdues. On dit de moi que je suis pétillante et déterminée. J'ai des choses à écrire et il est important que le monde puisse me lire. Nous lire.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “LUNDI MATIN : Guide de survie en jungle sociale