Kayvon Steezie, distributeur agréé de bonne humeur !

Étiquettes

Que vous le connaissiez sous l’appelation de Kayvon Steezie, The 5 stars dancers ou alors le biscuit des savanes, vous n’avez pas pu manquer ce jeune homme. Enjoué, plein de vie et prompt à partager ses découvertes et ses coups de cœur. Il ne laisse personne indifférent. Avec ses 39 000 followers sur Facebook, 18 600 sur Twitter et 54 700 sur Instagram, le jeune Ivoirien a su se faire une place dans le cercle fermé des influenceurs africains.

Mais oubliez l’influenceur ! Google en parle assez ! À l’occasion de la journée Internationale de l’homme, je suis allée à la découverte de l’homme, lui-même, en cinq questions.

Suivez-moi !

Benjamin d’une fratrie de cinq enfants, Kayvon, de son vrai nom Kafana Nafo Songrofohl est un danseur et entrepreneur dans le divertissement. Alors qu’il s’illustrait déjà il y a quelques années en tant que danseur et vidéaste, il est désormais l’un des influenceurs sur lesquels il faut compter.

Il y a un peu plus de trois ans que Kayvon s’investit désormais professionnellement dans cette activité. Mais depuis le temps, le jeune homme a touché à de nombreux aspects de la création de contenu avant de trouver cette approche qui lui est propre et qui lui ressemble : un mélange d’humour, de danse et d’échanges directs avec les personnes qui le suivent.

Kayvon Steezie est un créateur de contenu et influenceur ivoirien.

Alors Kayvon, est-ce que tu te définis aujourd’hui comme un influenceur ou plus simplement, comme un créateur de contenu ?

Plutôt créateur de contenu en vrai. Le côté influenceur est un abus de langage de nos jours. Sinon, ça fait 10 ans qu’on fait du contenu pour mettre en avant la culture de chez nous. C’est juste que certaines marques en profitent maintenant pour mettre en avant leurs produits et services.

Qu’est-ce qui te motive dans la vie ? Et, même, qu’est-ce qui te révolte ?

Ce qui me motive, c’est de voir les changements qu’on apporte dans la vie de tout un chacun, pour améliorer les mentalités, l’environnement dans lequel nous vivons et l’interaction avec les autres.

Ce qui me révolte, ce sont les injustices encaissées quel que soit le genre. Ou encore, la négligence des autorités sur des points importants tels que la santé et l’éducation, pour n’en citer que quelques-uns.

Kayvon, le biscuit des ces dames savanes, est aussi un grand défenseur de la cause féminine. Les femmes, il les aime. Il ne s’en cache pas. Mais bien plus, il les soutient et n’hésite pas à accompagner des initiatives qui mettent la femme à l’honneur.

Mais vrai vrai, Kayvon, en tant qu’homme, est-ce que tu te sens privilégié par ton genre ? Professionnellement et socialement notamment.

Bien sûr, hélas. Les femmes prennent beaucoup de coups bas parce que plusieurs parmi nous continuent de profiter de privilèges comme l’autorité qu’ils estiment avoir sur les femmes ou encore la faveur que nous – hommes – pouvons avoir pour l’obtention d’un emploi ou même pour accéder à certains endroits.

En tant que grand fan des femmes, je fais de mon mieux pour faire ressentir le moins ce décalage lié aux privilèges que la société me donne en tant qu’homme, face aux femmes qui m’entourent et me suivent.

Imagine ! Nous retournons 20 ans en arrière. Qu’aimerais-tu dire au petit garçon que tu étais à ce moment-là ?

Wow.. Alors Nafo tu n’as pas à agir d’une certaine manière pour te faire accepter par quiconque. Être parmi les plus cools ce n’est pas la vie, les amitiés ne se forcent pas. Je sais que tu as du mal à te faire entendre mais fait l’effort quand même de parler de ce qui est enfouit en toi. Le cumul de toutes ces pensées, maux refoulés ne va que ralentir ton évolution. Ne soit surtout pas pressé ! Profite de chaque instant de cette vie et soit assoiffé de connaissance ! Les parents peuvent être chiants mais dans le fond ils veulent seulement être sûr que tu deviendras quelqu’un d’aussi bien éduqué et bienveillant qu’eux. Je t’aime fort… On est ensemble. On n’a pas le choix d’ailleurs. 😉

Le 19 novembre, le monde célèbre – de manière presque inaperçue – la journée internationale de l’homme. Un des sujets que l’on n’aborde pas assez dans nos sociétés est celui de la masculinité toxique. Que penses-tu de la masculinité toxique ? A-t-elle influencé d’une manière ou d’une autre l’homme que tu es ?

Ce sont des choses et principes qu’il faut absolument déconstruire parce qu’elles m’ont empêché d’être plus humain que j’aurai pu être dans le passé. Si je comprenais mieux les choses j’aurais eu de meilleures interactions avec les autres dans le passé et beaucoup de choses auraient pu être évitées. Mais il n’est jamais trop tard donc je fais de mon mieux pour passer l’évangile des Nouveaux Hommes de cette société, pour maintenant et les prochaines générations.

Et puisqu’on parle de vous, Messieurs, quelles sont les choses qu’on devrait dire plus souvent aux jeunes hommes et qu’on ne leur dit pas assez ?

Qu’ils ont le droit de se sentir mal, de ne pas avoir envie de faire des choses juste pour suivre les règles de la société, de prendre soin de leur bien être mental aussi bien que physique. Que leur vie ne se résume pas à juste travailler pour s’occuper d’une famille mais travailler parce que ça leur fait du bien et parce qu’ils veulent accomplir leurs propres objectifs. Aussi, que les femmes ne sont pas nos ennemies mais plutôt nos partenaires. Ensemble nous formons une équipe alors le soutien doit être mutuel ainsi que l’amour et l’affection.

On termine par l’habituel mot de fin ?

GUICH😂 ! Bref, merci pour ton apport au changement. Merci d’avoir pensé à moi et m’avoir donné une petite lumière sur ta scène par cette interview. Bonne continuation !

Merci à toi Kayvon. Il ne me reste plus qu’à te souhaiter une bonne journée internationale de l’homme. Et bien sûr, que tu trouves les neuf de mois de quelqu’un très vite*.

*Pour en savoir plus sur cette histoire des neuf mois de quelqu’un… Allez suivre Kayvon sur ses réseaux ! 😉

Partagez

Auteur

Commentaires